Chapitre 1: Jésus et Nicodème

Accueil
Lecture et explication de l’évangile
Enseignement Théologique et Spirituel
A Lire et Méditer


1. Accueil

Notre vie est pleine de rencontres. Dès notre enfance, nous nous rencontrons avec des personnes de notre famille, des parents, des voisins et des amis. Nous observons leurs modes de penser et de parler, leurs expressions et leurs actions. Notre personnalité grandit dans une société où les gens ont de nombreux problèmes et des avis différents, et qui cherchent à construire une vie meilleure. Parmi ces rencontres, il y en a une qui pourrait changer la vie en la transformant de manière plus concrète et plus importante. Beaucoup recherchent cette rencontre, et rêvent d’un cœur qui bat en amour et en joie. Il y en a qui réussissent à faire cette rencontre. D’autres, malheureusement, gâchent ce rêve en courant après la fortune, la renommée, des postes importants et une réussite sociale.

Nous voyons qu’avec Dieu, la procédure est différente. Ce n’est pas l’homme qui cherche à rencontrer le Sauveur. C’est Dieu lui-même qui vient vers nous, et qui rencontre chaque personne, pour lui révéler son amour. Dieu est devenu homme et il est entré en relation avec notre monde. Il a unifié le ciel avec la terre, et il nous a donné la vie éternelle.Il suffit que l’homme se rencontre avec Jésus qui est venu vers lui, pour que son cœur soit abreuvé d’une eau lui permettant de ne plus avoir soif, et d’un repas lui permettant de ne plus avoir faim. Celui qui rencontre le Christ et qui croit en lui, naîtra à une vie éternelle, et croîtra comme un cèdre qui ne mourra jamais.

2. Lecture et explication de l’évangile: La rencontre de Jésus avec Nicodème (Jn 3,1-21)

1Or il y avait parmi les Pharisiens un homme du nom de Nicodème, un notable des Juifs. 2Il vint de nuit trouver Jésus et lui dit : « Rabbi, nous le savons, tu viens de la part de Dieu comme un Maître : personne ne peut faire les signes que tu fais, si Dieu n’est pas avec lui ». 3Jésus lui répondit : « En vérité, en vérité, je te le dis, à moins de naître d’en haut, nul ne peut voir le Royaume de Dieu ». 4Nicodème lui dit : « Comment un homme peut-il naître, étant vieux ? Peut-il une seconde fois entrer dans le sein de sa mère et naître ? » 5Jésus répondit : En vérité, en vérité, je te le dis, à moins de naître d’eau et d’Esprit, nul ne peut entrer dans le Royaume de Dieu. 6Ce qui est né de la chair est chair, ce qui est né de l’Esprit est esprit. 7Ne t’étonne pas, si je t’ai dit : Il vous fait naître d’en haut. 8Le vent souffle où il veut et tu entends sa voix, mais tu ne sais pas d’où il vient ni où il va. Ainsi en est-il de quiconque est né de l’Esprit. » 9Nicodème lui répondit : « Comment cela peut-il se faire ? » 10Jésus lui répondit : « Tu es Maître en Israël, et ces choses-là, tu ne les saisis pas ?
11En vérité, en vérité, je te le dis, nous parlons de ce que nous savons et nous attestons ce que nous avons vu ; mais vous n’accueillez pas notre témoignage. 12Si vous ne croyez pas quand je vous dis les choses de la terre, comment croirez-vous quand je vous dirai les choses du ciel ? 13Nul n’est monté au ciel, hormis celui qui est descendu du ciel, le Fils de l’homme. 14Comme Moïse éleva le serpent dans le désert, ainsi faut-il que soit élevé le Fils de l’homme, 15afin que quiconque croit ait par lui la vie éternelle. 16Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne se perde pas, mais ait la vie éternelle. 17Car Dieu n’a pas envoyé son Fils dans le monde pour juger le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui. 18Qui croit en lui n’est pas jugé ; qui ne croit pas est déjà jugé, parce qu’il n’a pas cru au Nom du Fils unique de Dieu. 19Et tel est le jugement : la lumière est venue dans le monde et les hommes ont mieux aimé les ténèbres que la lumière, car leurs œuvres étaient mauvaises. 20Quiconque, en effet, commet le mal hait la lumière et ne vient pas à la lumière, de peur que ses œuvres ne soient démontrées coupables, 21mais celui qui fait la vérité vient à la lumière, afin que soit manifesté que ses œuvres sont faites en Dieu ».

2.1 Explication

  • Présentation : Nicodème est un pharisien de la Galilée, membre du sanhédrin composé de prêtres, de scribes et d’anciens. Il est mentionné uniquement dans le quatrième Evangile, ici et dans 7,50 ; 19,39.
  •  Il vint de « nuit » à Jésus : la nuit est le symbole du royaume du diable. Après le dernier repas, Judas quitte le cénacle et l’évangéliste ajoute « il faisait nuit » (Jn 13,30) c’est-à-dire que Judas quitte la lumière (Jésus) pour aller vers nuit. Nicodème fait le mouvement inverse, il quitte la nuit vers la lumière. Cette visite nocturne pourrait être faite par peur des Juifs, ou selon une coutume rabbinique – ce qui est vraisemblable – de se lever la nuit pour étudier la Torah.

A) Première partie du texte : le dialogue avec Jésus (Jn 3,2-10)

  • Pour Nicodème (vv. 1, 2, 4, 9), Jésus est un maître venant de la part de Dieu, un maître distingué parmi les autres. Il l’a appelé respectueusement
    «Rabbi», c’est-à-dire un collègue. Le pronom « nous » qu’il utilise est à voir comme une parole au nom de tous ceux qui considèrent que Dieu est avec Jésus grâce aux signes qu’Il manifeste. Nicodème parle à un niveau superficiel, naturel, concernant la nouvelle naissance du ventre de la mère, alors que Jésus se place, lui, à un niveau spirituel plus profond en parlant d’une naissance non corporelle.
  • Les réponses de Jésus ont corrigé chez Nicodème l’identité du Christ attendu avec des traits politiques et terrains. Il lui a enseigné que la rencontre avec le Christ ne se fait pas à un niveau superficiel et naturel mais à travers une expérience profonde de la communion avec le Père et le Fils dans l’Esprit.
  • (v. 3) : la naissance d’en haut signifie l’unité avec Jésus dans sa vie divine, c’est-à-dire la vie en Esprit qui est loin de la vie du corps. Cette naissance d’en haut est une condition pour voir (ou entrer dans) le Royaume de Dieu.
  • (v. 5) : la naissance par l’eau et l’Esprit signifie que le baptême qui nous fait devenir enfants de Dieu par la force de l’Esprit Saint. Pour l’eau, on trouve aussi des significations spirituelles dans l’Ancien Testament (Ez 36,25 ; Gn 1,2 ; Is 44,2). La relation de l’eau avec l’Esprit se trouve aussi dans Jn 7,37.
  • (v. 6) : la naissance du corps est une naissance naturelle fragile ; elle aboutit à la mort. Mais la naissance de l’Esprit est une naissance spirituelle qui aboutit à une vie pleine et à une vérité éternelle, faisant de l’homme un membre à part entière de la vie divine.
  • (v. 8) : Le grec « pneuma » et son équivalent hébreu « ruah » signifient esprit ou vent. L’Ancien Testament a plusieurs fois comparé l’action divine secrète à une tempête cachée (Qo 11,5).
  • (v. 10) : Nicodème devrait comprendre les paroles de Jésus car l’Ancien Testament parle de la paternité divine (Os 11,1), de la nouvelle naissance spirituelle, et de l’effusion de l’Esprit dans les temps messianiques (Jo 3).

B) Deuxième partie du texte : le monologue de Jésus, ou, son discours (Jn 3,11-21)

  • descendre et monter (v. 13) : ceci pourrait signifier l’incarnation et l’Ascension. Mais le sens véritable est que Jésus peut parler des choses du ciel car il est du ciel et il en vient. Les Juifs pensaient que personne n’était monté au ciel pour apprendre directement la volonté de Dieu. A travers Jésus, il n’est plus impossible de connaître la sagesse divine qui s’est révélée dans le salut réalisé par la mort sur la croix.
  • lever le serpent (v. 14) : Moïse leva un serpent d’airain dans le désert, et si un homme était mordu par quelque serpent, il regardait le serpent d’airain et restait en vie (Nb 21,4-9). Ainsi, celui qui regarde avec foi vers Jésus crucifié et élevé sur la croix recevra le salut. Que signifie élever Jésus ? Ceci veut dire sa crucifixion, sa gloire dans la résurrection et son ascension.
  • (vv. 16-18) : ces versets parlent de l’amour de Dieu pour l’homme au moyen de son plan salvifique, et de la réponse de l’homme par la foi. Les termes « Fils Unique » indiquent Isaac dans l’Ancien Testament, et Jésus dans le Nouveau Testament.
  • Un autre plan trinitaire est suggéré pour cet Evangile : le moment du Père (vv. 16-21), celui du Fils (vv. 9-15), et celui de l’Esprit (vv. 1-8).
  • Dans l’Evangile de Jean, le salut est une réalité dynamique qui a commencé son travail ; celui qui l’accepte et y croit, sera sauvé. Le salut est à comparer avec la lumière : quand cette lumière est venue, les hommes se sont divisés en deux : ceux qui l’ont acceptée, et ceux qui ont préféré les ténèbres.

2.2 Actualisation

L’évangile d’aujourd’hui m’appelle à désirer la nouvelle naissance, ainsi je laisse de côté les ténèbres de ma vie antérieure et je suis la lumière du Christ, qui renouvelle ma vie et lui donne sens et richesse. Ce n’est pas facile de naître à nouveau, d’autant plus que chaque nouvelle naissance s’accompagne des douleurs de l’enfantement, douleurs du changement, douleurs d’abandon des anciennes coutumes ni de se vêtir d’un nouvel habit, symbole de pureté et de sainteté.

Aussi, ce texte m’enseigne que la nouvelle naissance me demande de vivre la vie de l’Esprit, selon la volonté de Dieu dans ma vie ; je ferai alors connaissance du Père miséricordieux, du Fils rédempteur qui s’est incarné et qui est monté sur la croix pour me sauver, et de l’Esprit Saint, principe du renouveau et de la sainteté.

3. Enseignement théologique et spirituel: La nouvelle naissance et la vie dans l’Esprit

Chaque enfantement est en lui-même un cadeau pour le nouveau-né, car personne ne vient au monde par ses propres forces, mais par ses parents et par la grâce de Dieu. Ainsi, la naissance dans l’Esprit est avant tout un don gratuit de la part de Dieu. La gratuité veut dire qu’elle se donne à l’homme sans qu’il ne la mérite. Il lui incombe quand même le devoir de l’accepter, et d’être en relation avec elle et avec la vocation que Dieu dépose dans son cœur. C’est ainsi qu’ont fait Nicodème et beaucoup d’autres, allant à la rencontre de Jésus ; Dieu a mis dans leur cœur le désir de le rencontrer ; les paroles de Jésus, ses actions et ses prises de position ont bouleversé leur cœur ; ils ont réalisé que l’Esprit de Dieu les prépare à réagir après avoir vu et entendu Jésus.

Ainsi commence la naissance, et si l’homme l’accepte, Dieu continuera son action. Les parents, en effet, après avoir donné naissance à un bébé, continuent leur relation avec lui en l’éduquant et en l’aimant de manière incomparable. A plus forte raison, lorsque Dieu nous incite à le rencontrer, il continue à s’occuper de nous, pour mieux le connaître, de manière plus profonde, et à nous enfanter chaque jour. La naissance selon l’Esprit ne se fait pas en une seule fois, elle est un travail continu grâce auquel nous passons de l’homme ancien à l’homme nouveau, ouvert à l’action de Dieu dans sa vie et dans le monde.

Dans cette naissance, deux éléments importants sont à mentionner :

  1. Faire la connaissance de Jésus : en effet, nous naissons pour vivre avec Lui. L’évangile et la foi de l’Eglise sont importants dans le cheminement de cette naissance ; nous y découvrons les vérités de la foi, et ce que ceci signifie pour notre vie, afin que nous puissions y croire et construire nos choix de vie sur cette base,
  2. S’ouvrir aux expériences de la vie : chaque homme a en effet des expériences quotidiennes différentes, mais le croyant cherche à repenser les événements vécus tout en écoutant à ce que Dieu pourrait lui dire. Pour distinguer la voix de Dieu de ses propres pensées et impressions, il suffit à l’homme de se référer à l’évangile pour scruter son cœur et ses pensées à la lumière de ce qu’il lit. De telles expériences nous permettent de ressentir la présence de Dieu dans notre vie, et elles nous transforment en disciples de Jésus et amis de Jésus.

Quand je serai prêt à proclamer que ma vie s’est liée au Christ rédempteur que je connais personnellement, je me présenterai à l’Eglise pour recevoir le baptême grâce auquel Dieu me fera naître une nouvelle fois, et proclamera sa paternité pour moi et mon appartenance à l’Eglise ; ainsi je me vêtirai du Christ et je deviendrai temple de l’Esprit Saint.

4. A lire et méditer: Lecture de Saint Cyrille de Jérusalem (+387)

La préparation au baptême

Voici que la joie vous comble, ô ceux qui reçoivent la lumière ! Vous êtes en train de cueillir les fleurs spirituelles, pour en faire des couronnes célestes. L’odeur de l’Esprit Saint vous secoue, vous qui êtes aux portes des demeures royales. Oh, si vous pouviez paraître devant le Roi ! Les arbres sont fleuris; oh, si le fruit pouvait être mûr ! Vos noms sont inscrits parce que vous vous êtes engagés dans l’armée du Christ, et êtes chargés de lampes pour entrer dans le cortège de l’Epoux. Ainsi, vous avez le désir profond d’entrer dans la ville céleste ; et l’espérance vous anime. Il a raison celui qui a dit : « Tout ira bien pour ceux qui aiment Dieu ». En effet, Dieu est généreux dans ses dons, mais Il attend une profonde et authentique réparation. C’est pourquoi l’apôtre ajoute : « Pour le bien de ceux qu’il a appelés selon son dessein ». Si tu as alors une bonne intention, Il fera de toi un appelé. Mais si tu es ici seulement par le corps mais que ton esprit est ailleurs, ton intention ne t’apportera alors aucun profit.